Dans le monde des affaires, l’avocat(e) d’affaires, ou avocat d’entreprise ou encore avocat en droit des affaires joue un rôle-clé. Contrairement aux idées reçues, son rôle ne consiste pas seulement à défendre une entreprise ou un actionnaire dans le monde commercial devant les barreaux. Il peut aussi prendre en main d’autres missions relatives à la vie d’une entreprise et des rôles plus stratégiques comme être le conseiller des dirigeants, etc. Voici alors plus d’informations concernant ce métier pour vous aider à mieux comprendre son univers d’intervention.

Qu’est-ce qu’un avocat d’affaires ?

Agent de la loi et personnel du droit, un avocat d’affaires est un professionnel sorti d’une faculté de droit. Il a pros l’option droit des sociétés et droit commercial. Il peut aussi renforcer ses compétences par le droit fiscal, le droit bancaire, ou encore le droit de la propriété industrielle, celui des fusions-acquisitions ou le droit boursier. Si un simple avocat est souvent amené à plaider au sein d’un tribunal, ce professionnel, lui, œuvre en cabinet. Il arrive aussi où il travaille directement dans une société et prend le rôle de conseiller juridique. Néanmoins, si jamais il y a conflit entre son entreprise et une tierce personne, il doit plaider.

Que fait un avocat d’affaires ?

Les missions confiées à un avocat d’affaires varient d’un problème à un autre. Ce professionnel peut exercer en conseil ou en contentieux. En cas de litige ou de poursuite judiciaire, il peut être conduit à plaider aux côtés de ses clients.

L’avocat en droit des affaires doit au quotidien rechercher des clients pour son cabinet ou son compte. Il doit aussi écouter les problèmes de son donneur d’ordre et analyser la situation. Il doit également trouver les réponses des questions posées par les clients. Il est ensuite mené à élaborer puis à présenter des solutions adaptées à ces problèmes.

Comme n’importe quel professionnel, l’avocat en droit des affaires a besoin de se former continuellement pour être au courant des nouveautés des marchés concurrentiels. Il doit ensuite avoir la capacité de faire la rédaction de contrats divers utiles en échanges commerciaux et en contrôler la signature. En cas de modifications des transactions, il doit être capable de faire la négociation auprès de l’entité concernée.

Dans toutes les situations, l’avocat en droit des affaires assure la détermination des droits et des devoirs des parties en jeu. Il possède aussi la capacité de conseiller son client au mieux pour tout ce qui peut tourner en son intérêt. En cas de besoin, son rôle principal est de toujours défendre les intérêts de celui-ci.

Quelles sont les qualités requises pour devenir avocat d’entreprise ou avocat d’affaires ?

L’avocat en droit des affaires doit assurer non pas des services quantitatifs mais des services qualitatifs. Il doit avoir toutes les réponses relatives à la vie d’entreprise et la loi. Il a alors besoin de faire une solide formation en matière de droit.

Quel que soit le contexte, il doit aussi se montrer inventif et stratège afin d’imaginer des issues pour son client. Son esprit de synthèse et son sens de l’analyse sont utiles pour décrypter chaque situation et trouver la solution adaptée pour le cas de son donneur d’ordre. Pour affronter les difficultés, il aura aussi besoin d’une bonne ténacité et d’une rigueur. Et comme les affaires qu’il doit gérer sont nombreuses, son sens de l’organisation est très sollicité.

Le relationnel joue particulièrement un rôle important dans la réalisation de son travail que ce soit avec ses clients, l’équipe avec qui il œuvre et même le camp adverse. En règle générale, la maitrise de l’anglais à l’oral et à l’écrit est obligatoire puisqu’il s’agit de la langue utilisée pour les affaires et les différentes négociations.

Et pour finir, un avocat doit absolument être une personne discrète pour garder ses secrets professionnels.

Quelle formation suivre pour devenir avocat d’affaires ?

Un diplôme de baccalauréat ES, L ou S est nécessaire pour accéder à une faculté de droit. L’inscription doit être faite pour un master de droit. En fonction de l’orientation voulue, l’étudiant doit choisir une filière précise. Il peut faire des études de droit en gestion mention droit public ou mention droit privé ou en économie. Il peut ensuite poursuivre ses études en précisant une spécialité parmi les carrières judiciaires, étique et santé, contentieux publics, etc. Plusieurs élèves avocats en droit des affaires font aussi des études dans une école de commerce pour renforcer leur savoir et avoir plus d’estime vis-à-vis des futurs clients. Mais la formation ne s’arrête pas à l’obtention d’un master de droit. Il faut encore intégrer un CRFPA ou centre régional de formation professionnelle d’avocats. C’est seulement après avoir passé la formation dans ce centre qu’on obtienne enfin le CAPA ou certificat d’aptitude à la profession d’avocat. L’examen final dans ce centre est nommé « l’examen du barreau ». En cas de premier échec, il ne reste plus que deux chances pour l’étudiant.

La carrière et les différentes possibilités d’évolution pour l’avocat d’affaires

Après l’obtention d’un CAPA, l’avocat en droit des affaires peut tout de suite prendre un poste au sein d’un cabinet d’avocats. S’il a de la chance, il peut intégrer un cabinet de grande envergure. Il peut aussi travailler tout de suite pour le compte d’une entreprise directement. Cela peut être une PME ou bien une grande entreprise. Il arrive même où une grande multinationale recrute des avocats d’affaires.

L’avocat en droit des affaires peut aussi signer un contrat dans un cabinet d’audit. Il n’aura donc pas à plaider.

Pour évoluer dans son univers professionnel, il peut continuer à prendre de nouvelles formations dans les domaines qui sont reliés au droit des affaires. Cela lui permettra d’acquérir de nouvelles compétences et des nouveaux savoirs et d’élargir son domaine d’activité. Il peut aussi prendre une formation pour se spécialiser sur un domaine précis. Vis-à-vis de la clientèle, cela pourrait avoir des impacts positifs. Plus il est prestigieux et connu, plus il devient notable et donc plus sollicité. Tout cela ne fera qu’augmenter ses gains.